Émilia JADCZYK, 19242018 (aged 93 years)

Name
Émilia /JADCZYK/
Given names
Émilia
Surname
JADCZYK Émilia /FAIVRE/
Note: alias « Danièle », agent de liaison de la Résistance durant la Seconde Guerre Mondiale
Birth
Fact
Résistante, agent de liaison
from 1940 to 1945 (aged 20 years)
Note: Voir l'onglet « Histoires »
Death of a mother
about 1968 (aged 43 years)
Death of a father
Death of a husband
Death
Last change
November 3, 202108:32:01
Author of last change: patrick
Family with parents
father
Albert JADCZYK
18911977
Birth: 1891POLOGNE
Death: 1977Avion, 62210, Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais
mother
Marriage Marriage
herself
Emilia JADCZYK (1924-2018)
19242018
Birth: July 3, 1924 33 Dabrowa, Wronki, Grande-Pologne, POLOGNE
Death: January 28, 2018Liévin, 62800, Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais
Family with Raymond Roland FAIVRE
husband
Raymond FAIVRE (1922-1989) - 2
19221989
Birth: January 24, 1922 21 20 Dole, 39100, Jura, Franche-Comté
Death: April 29, 1989Bois-Bernard, 62320, Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais
herself
Emilia JADCZYK (1924-2018)
19242018
Birth: July 3, 1924 33 Dabrowa, Wronki, Grande-Pologne, POLOGNE
Death: January 28, 2018Liévin, 62800, Pas-de-Calais, Nord-Pas-de-Calais
son
Private
son
Private
son
Private
Fact

Voir l'onglet « Histoires »

Name

alias « Danièle », agent de liaison de la Résistance durant la Seconde Guerre Mondiale

Une résistante de 15 ans

Article paru dans le Bulletin de Liaison de l'ÉHPAD « Les jardins d'Automne » à AIX-NOULETTE (Pas-de-Calais) où a résidé Emilia.

« En 1940, Mme Emilia FAIVRE née JADCZYK vit avec ses parents à AVION lorsqu'elle fait une rencontre qui va radicalement changer son quotidien de jeune fille polonaise de 16 ans.

Elle passe son temps libre avec un groupe d'amis dans lequel un jeune homme a réussi à la convaincre de d'engager dans la Résistance. Elle devient Nadia ou Danielle selon les périodes et exerce la fonction d'agent de liaison. Son rôle était d'assurer le lien entre les résistants du maquis et son chef de section. Elle faisait partie d'une section où elle était la seule femme parmi 6 à  6 hommes.

Son chef de section était un certain Marcel GOURNAY, résistant basé dans le Pas de Calais et à l'origine de la section dont Mme FAIVRE faisait partie. Et « le monde est petit » puisque après de longues discussions à table, Mme FAIVRE s'est récemment rendu compte que M. GOURNAY était le parrain de Mme POTIER (Note : une résidente de l'ÉHPAD).

Son rôle au sein de la section était de transmettre régulièrement les comptes-rendus des activités des résistants aux responsables, ainsi que de faire parvenir aux Maquisards de l'argent pour survivre. De temps à autre, elle était aussi chargée d'aller chercher du ravitaillement dans les fermes des alentours pour les hommes vivant dans la nature cachés des Allemands.

Un jour,chargée de transmettre des documents à des résistants, elle se rend dans une ferme voisine qui avait été choisie pour la rencontre secrète.

Mme FAIVRE raconte que le transfert était sur le point de se faire lorsque des gens frappent à la porte mais les ordres étaient les suivants : ne jamais ouvrir la porte. Après quelques minutes de silence, les personnes qui s'avéraient être des Allemands ont fini par « défoncer la porte »comme le dit tout naturellement Mme FAIVRE.

En effet, après avoir été informés de l'opération secrète les Allemands sont intervenus pour une fouille des lieux en vue d'arrestation. Par chance, le porte-document avait glissé entre deux fauteuils et n'a donc jamais été trouvé par les Allemands et c'est grâce à cela que personne n'a été arrêté.

Néanmoins, après avoir été dénoncés, ce sont les membres de la section tout entière qui ont dû se cacher. Emilia a choisi une ferme d'ÉLEU-dit-LEAUWETTE. Elle se souvient tout émue que sa mère lui apportait discrètement son mets préféré, le lait frais de leur chèvre.

Elle fut emprisonnée quelque temps plus tard à la prison de LILLE et se souvient qu'elle y est restée quelques jours, et que des personnes sont venues la libérer et lui annoncer la Libération avec une grande joie.

Elle explique, pour l'anecdote, que suite à sa sortie elle devait rentrer sur AVION mais sans un sou en poche. Elle a pris un train sans billet et après un contrôle c'est l'homme assis sur le siège à côté d'elle qui lui a payé le voyage, sachant après quelques minutes de discussion qu'elle sortait de prison après avoir été un élément actif de la Résistance. Elle a ensuite fait du stop et fut conduite par hasard jusqu'à LENS par des journalistes du journal « L'Humanité ». Une fois rentrée chez elle, Mme FAIVRE a dû raconter à ses parents ce qui lui était arrivé puisqu'ils étaient sans nouvelles depuis un moment.

C'est depuis ce jour qu'elle s'est abonnée à ce journal !

C'est avec une grande émotion que Mme FAIVRE se confie et avoue qu'elle repense très régulièrement à sa mère et se demande, maintenant qu'elle-même est mère, comment elle a dû vivre cette période ne sachant pas où était sa fille et de qui pouvait lui arriver.

Quelle belle histoire de courage et d'engagement !

Nous présentons à Mme FAIVRE toute notre admiration ! »

fancy-imagebar
Marie Antoinette FAIVRE (1905–1982) Bernard Jean FAIVRE (1931–1940) Maurice Jean DURY (1934–2016) André Louis FAIVRE (1902–1986) Renée Séraphine Césarine FAIVRE (1920–2010) Marie Faustine BREUNE (1845–1933) Jean COLLADANT (1929–2016) Marguerite DHIVERS (1918–2013) Claude François Désiré FAIVRE (1865–1941) Jeanne Renée FAIVRE (1908–2001) Marie Louise DHIVERS (1900–1985) Marie Esther VUILLERME (1874–1952) Françoise DHIVERS (1932–2022) Colette Jeanne Marguerite FAIVRE (1931–2016) Colette SEIGNIER (1929–2022) Jean René BRENIKO (1908–1977) Jeanne Marguerite Adèle PUGET (1899–1986) Marie Gabriel Joseph GUYET (1899–1980) Charles LIGNEY (1877–1951) Fanny Éléonore LECOUSTRE (1901–1948) Émile « Mitou » DHIVERS (1907–1970) Renée Séraphine Césarine FAIVRE (1920–2010) Fernande MARIE (1900–1996) Françoise DHIVERS (1932–2022) Jeanne Eugénie Julie POIGNET (1905–1999) Marguerite Marie FAIVRE (1909–1982) Claude François Désiré FAIVRE (1865–1941) Noëlle Suzanne LIGNEY (1906–1960) Éléonore CAILLIER (1882–1961) Jacques Lucien FAIVRE (1918–1992) Gérard Henri Émile SEIGNIER (1927–2009) Angèle LAPLACE (1911–1990) Claude François Désiré FAIVRE (1865–1941) Michel Émile « Mily » SCHMITT (1901–1974) Martial Jean MAGE (1891–1960) Suzanne Berthe DHIVERS (1909–1987) Henri Alfred SEIGNIER (1903–1985) Gérard Georges FAIVRE (1921–2014) Marguerite GIERSCIONEK (–1968) Jeanne Renée FAIVRE (1908–2001) Marie Albine FAIVRE (1872–1965) Marie Louise DHIVERS (1900–1985) Louis Jean FAIVRE (1906–1952) Louis Jean FAIVRE (1906–1952) Renée Séraphine Césarine FAIVRE (1920–2010) Pierre Jean François FAIVRE (1928–2018) Lucien Eugène Léonard ANDRIEU (1901–1985) Jeanne DHIVERS (1905–1991) André ROTGER (1930–1997) Jean André Étienne LIGNEY (1913–1941) André Louis FAIVRE (1902–1986) Maurice Marie SEIGNIER (1929–2021) Georges Célestin FAIVRE (1896–1976) Jules Joseph CARON (1870–1959) Madeleine Charlotte Victorine COUTROT (1894–1964) Gérard Georges FAIVRE (1921–2014) Pierre Auguste FAIVRE (1897–1978) Louis Léon PLAISANCE (1903–1976) Albert JADCZYK (1891–1977) Jules Hippolyte DHIVERS (1874–1954) Marie Albine FAIVRE (1872–1965) Colette SEIGNIER (1929–2022) Alain NEVEU (–) Marie Antoinette FAIVRE (1905–1982)